dimanche 23 novembre 2014

RÉCAPITULATIF LECTURE : Septembre - Novembre 2014

Yop à vous ! Je vous retrouve dans une nouvelle vidéo, assez longue il est vrai. Cependant je vous parle des lectures que j'ai effectuées ces trois derniers mois.
Mes voisins ont fait des travaux dans tout l'immeuble, donc attention au coupage ! D'ailleurs, j'ai l'impression de ne pas avoir fait des vidéos depuis très longtemps donc excusez mes cafouillages !
Installez vous bien, et bon visionnage. 

dimanche 16 novembre 2014

Je les désire.. LA MER INFINIE et CRESS.



Couverture Chroniques Lunaires, tome 3 : CressVous l’avez compris dans le titre, c’est une sorte d’On my wish-list ! Et pas des moindres. Deux grosses sorties young-adult, deux livres qui me tentent énormément.
Le premier. J’en rêve depuis ma lecture du premier tome, La cinquième vague qui fut un joli coup de cœur. Malheureusement si l’envie est bien là, l’argent y est un peu moins. Heureusement, je me réserve Noël pour m’offrir cette jolie chose ! Je n’ai vu aucun avis pour l’instant, et je compte n’en voir aucun pour ne pas m’influencer. Pour tout vous dire, j’hésite à relire le premier tome ! Mais celui-ci me tente tellement.. !
Couverture La 5e vague, tome 2 : La Mer InfinieUn autre qui me tente énormément.. Cress. Alors je ne sais pas vous, mais de mon côté, ce livre est introuvable. Sorti le 14 octobre, je ne l’ai pour l’instant ni vu à Gibert Joseph, ni à Decitre (que ce soit de Lyon Bellecour ou Lyon Confluence), ni à la FNAC. C’est triste tout de même ! Enfin bon. Ce troisième opus me tente énormément, surtout pour sa jolie brique et sa belle couverture. Le concernant, j’ai vu des avis mitigés. Mais je ne vais pas les prendre en compte et vais me faire ma propre opinion.
Voilà. Vous savez désormais quelles sont mes plus grosses envies littéraires ces temps-ci !
Quelles sont les vôtres ?
_____________________
La mer infinie de Rick Yancey
Robert Laffont – 18 €
Chroniques lunaires, T3 : Cress de Marrisa Meyer
PKJ – 18 €

vendredi 14 novembre 2014

[LIVRE] LE LIVRE DE PERLE, Thimotée de Fombelle



Couverture Le Livre de Perle "Tombé dans notre monde une nuit d’orage, un homme emprunte le nom de Joshua Perle et commence une vie d’exilé. Cette nouvelle vie fugitive, déchirée par un chagrin d’amour, est aussi une quête mystérieuse. Au fil du siècle, Perle rassemble un trésor pour défaire le sort qui l’a conduit loin de chez lui. Mais ceux qui l’ont banni et le traquent le laisseront-ils trouver le chemin du retour? Perle a-t-il raison de penser que la fille qu’il aime l’attend toujours là-bas ?"

      Entrer dans Le Livre de Perle a pour moi été une épreuve étrange. Et je pense que cette chronique en sera le reflet. Cette lecture a été, je vous l’assure, très plaisante. Chaque chapitre fut très agréable à lire. Une fois les chapitres rassemblés ensemble.. ce fut une autre paire de manche. Allez savoir pourquoi, je crois n’avoir rien compris aux livres. J’ai bien saisi les différentes dimensions du récit.. mais je ne saurai vous en dire plus. Pourtant, ce n’est pas faute d’avoir fait un effort. J’ai beaucoup apprécié le début très féérique. Autant que le monde dans lequel évolue la petite boutique de guimauves. Mais je n’arrive pas à saisir pourquoi mon cerveau n’a pas réussir à faire le lien. J’ai sûrement du confondre, me tromper ou être emporté dans ce tourbillon de mots qui m’a finalement perdue.
J’en suis d’autant plus triste que j’ai adoré l’écriture de Thimotée de Fombelle. Sa plume est comme toujours, et sans surprise, aussi belle, aussi prenante. Mais je pense que l’alchimie avec ce roman a bien eu lieu. Mais pas avec le résultat attendu. Je me suis retrouvé face à un mystère. Un mystère que je n’ai pas résolu.
Heureusement, je ne compte pas en rester là. Je suis perturbée. J’ai l’impression d’avoir échoué. Peut-être n’était-il pas temps que je le lise. Mais ce n’est pas grave. Le charme a opéré. Il suffit d’attendre. Il est certain que je le relirai. J’ai besoin de comprendre. Mais au fond, doit-on vraiment comprendre pour apprécier ?
Je ne pense pas. Même sans avoir tout bien suivi, cette lecture a été très agréable, très… Conte. Et… je n’ai pas encore compris celui-là, même si sa magie a eu une emprise.
Alors oui, mon avis ne vous aidera pas. Il n’aidera personne. Ni vous, ni moi, à mieux comprendre ou à saisir ce que j’ai ressenti. Savoir si vous devez le lire ? Je pense. En suis-je sûre ? Comment ? Peut-être.
Lisez. Vous saurez alors ! 
______________________________
Le livre de perle, Thimothée de Fombelle
Gallimard -297 pages
Jeunesse - Conte
Prix grand format

vendredi 7 novembre 2014

ENDGAME : Puissant, effrayant, prenant.

Couverture Endgame, tome 1 : L'appel      Quand j'ai reçu cette brique, je me suis dit : Wouah. Ce bouquin va envoyer du lourd. (Il était vraiment lourd, et grand, je vous assure !) Et je peux vous dire une chose dès maintenant, je ne m'étais pas trompée. 
Endgame c'est douze jeunes de civilisations différentes, douze jeunes de moins de vingt ans. Douze jeunes entraînés depuis toujours. Pourquoi ? Pour l'Endgame.
Endgame a commencé.

Ce qui m'a tout de suite plu, c'est l'écriture des auteurs qui nous plonge immédiatement dans leur roman, sans même de nous laisser prendre le temps de tout comprendre.
Alors, positif ou négatif ?
Les deux. Mais parlons immédiatement du négatif.
Il est certain que tout va vite dès le commencement. On ne sait pas vraiment ce qu'est Endgame, et même s'ils tentent de nous l'expliquer par les relations entres les personnages et leurs proches, ce n'est pas chose si simple. Rien n'est vraiment clair, personne ne sait d'où vienne ces Dieux et je dois dire que la fin n'a fait qu'empirer ma mécompréhension. Je passe directement à la fin, il est vrai. Mais je dois bien avouer qu'au moment où j'espérais tout comprendre.. un choix a été fait qui m'a sincèrement perturbée. Je ne suis d'ailleurs pas sûre, à l'heure actuelle, d'avoir saisi là où ils voulaient en venir. 
Mis à part ça, l'écriture est un vrai plus. Le fait de rentrer immédiatement dans le récit nous empêche de décrocher ou de s'ennuyer avec un début d'intrigue qui dure plusieurs centaines de pages... Ce qui rallonge l'histoire n'est donc pas l'écriture, mais plutôt que le fait que le panel de personnages est dense (ils sont douze !) et qu'il faut bien tous nous les présenter.
D'ailleurs, s'il y a bien un risque dans ce genre d'organisation, c'est que l'on tend à apprécier un personnage plus qu'un autre, et à délaisser un peu les chapitres des autres. C'est ce qui m'est arrivé. Très attachée à Sarah, Chikoyo et Christopher sont des personnages qui m'ont beaucoup plu. Alors évidemment, lorsque je switchais à d'autres, l'effet était moins présent. Mais peu importe. 
Les personnages ont tous leurs facettes (plus ou moins dérangeantes, ou plus ou moins humaine) et c'est à nous de voir. Cependant, les auteurs ont fait un travail sur l'écriture qui est formidable. Alors que le narrateur n'est pas personnage comme dans beaucoup de romans young-adult, ici, le narrateur a une position différente, que l'on rencontre assez peu généralement. C'est régulièrement que des phrases représentent les pensées d'un personnage. C'est très impressionnant à lire, difficile à expliquer, et ça rend le récit encore plus dynamique.
Cette dynamique est d'ailleurs reprise tout le long du récit. De villes en villes les joueurs se déplacent, aussi vite que nous de chapitres en chapitres. Au bout d'un moment, j'avoue ne même plus chercher à comprendre le pourquoi du comment. Car avec du recul, le tout peut-être assez contestable. Mais pourquoi pas. 
D'ailleurs, j'ai ressenti ce sentiment un peu tout le long du roman. Et je pense que cela est du à un point qu'a très bien su nommer Mathilde. L'inhumanité. La plupart des personnages ont vraiment cet aspect inhumain. Pour la plupart d'ailleurs, ce sont ceux qui ne parvenaient pas à communiquer (en sachant que la communication est le propre de l'homme). L'une est muette et a des difficultés pour s'exprimer, un autre a des tics qui l'empêche d'avoir des relations sociales normales, bref, vous l'avez compris, les auteurs dès le départ nous pose des personnages qui sont incapable d'être de réels êtres humains puisqu'à la base ne possèdent pas toutes les caractéristiques d'un humain.
Alors une fois cela vu, il est tout à fait normal de voir à qui on s'attache.. Sarah.. Jago.. Christopher. Peut-être les trois personnages les plus réalistes de l'histoire.
Et en même temps.. un énième triangle. Une énième histoire dans l'histoire. 
Les plus réalistes ? Je ne suis pas si sûre. Aaaaah c'est sûr, les trois sont des beaux gosses pas possible, ont un charme fou à faire tomber tout le monde. Sérieusement ? 
Après Legend à qui j'avais déjà reproché ce critère.. je me retrouve avec ce nouveau problème. Je commence à ne plus du tout supporter ce genre de personnages. Les gens trop parfait : non merci.
Voilà, c'est dit. 

En tout cas, pour terminer cette loongue chronique, Endgame est un roman puissant qui possède toutes les clefs (ahaha, comprendra qui pourra ;-) pour poser les bases et continuer sur une suite que je serai ravie de découvrir. Chaque lecteur devrait y trouver son plaisir, malgré un narrateur qui sait comment manipuler les sentiments de son lecteur. Cependant, j'imagine que tous les aspects positifs du roman font largement le poids fasse au reste, et je vous conseille de le découvrir si vous voulez ressentir toutes ces émotions à la fois ! 

___________________
Endgame par James Frey & Johnson-Shelton
Gallimard Jeunesse - octobre 2014
477 pages
20 €

mercredi 5 novembre 2014

Des espoirs déçus se révèlent enfin réels : Internet, bien présent, ma box fonctionne !

Bonjour à tous, bonjour à toutes.
Je sais que j'ai déjà fait plein de messages.. mais sachez que je viens de rentrer chez moi, et de voir ma box allumée verte. C'est un soulagement. Enfin. Je n'y croyais vraiment plus. Aujourd'hui je peux réellement vous partager sans faux espoirs mes avancées livresques ! 

Je tournerai donc deux vidéos dans la semaine, avec un super récap' lecture ainsi que quelques petites surprises. 
Le prochain article à voir le jour sur le blog sera mon avis sur Endgame que je vous conseille même avant vous avoir dit quoi que ce soit ! 

Bref. Je ne m'étale pas plus étant donné que je vous ai déjà parlé de tout ça dans un précédent article.
En attendant, à très vite ♥

dimanche 2 novembre 2014

LEGEND, Marie Lu - Un monde militaire et politique à vous sidérer.

Couverture Legend, tome 1      Voilà des semaines que j'avais envie de lire ce premier tome ! Qu'est-ce que j'ai pu vous en parler sur la page Facebook.. Et.. c'est lors de la rentrée scolaire, à l'université, qu'une de mes amies (qui vient de la même ville que moi), m'a dit qu'elle l'avait, et qu'elle pouvait me le prêter. Je la vénère depuis ce jour là !
Legend est un roman de science-fiction, qui se passe bien loin de notre époque dans une société dirigée par la République. Immédiatement, vous visualisez le contexte, et la dimension de cette science-fiction qui tend à faire la critique d'une société.. comme beaucoup d'autres science-fiction ces derniers temps. Cependant, celle-ci m'a beaucoup plu pour son rapport au gouvernement et à l'armée qui est à mon goût beaucoup plus présent que dans ce que j'ai déjà pu lire. Avant, les héroïnes (trouvez moi des héros!) étaient du peuple. Là, June fait partie de l'armée. June est une prodige, un génie. Une fille qui, à peine à quinze ans surpasse la plupart du monde de par ses capacités. Et je pense que le fait qu'elle soit proche de ce contexte gouvernementale m'a plu d'autant plus. J'ai adoré suivre de près cette énigme qu'elle déchiffre au fur et à mesure.
Bien évidemment, le côté peuple n'est pas omis. Sinon comment aurait-on l'habituelle révolte que l'on trouve dans ce genre de roman ? Le côté peuple est là grâce à Day. Day est un jeune homme (de quinze ans..) qui lui vit dans la pauvreté, et qui vois la Maladie se propagé un peu partout, et dès le début du roman, sur sa famille. Day, à seulement quinze ans est pourtant déjà l'ennemi numéro un de la République.
Bon, dit comme je le dis, j'ai l'air de me moquer. En réalité, non. J'ai adoré ce premier tome, et je lirai avec une hâte immense les suivants. Cependant, certaines choses m'ont déplu, et si je devais en citer une qui les engloberait toute.. ce serait la crédibilité qui n'est pas vraiment là. Je veux dire.. l'ennemie n°1 est un adolescent de quinze ans ? J'ai du mal à y croire. Plus, peut-être. On m'aurait dit vingt déjà pourquoi pas. Mais à quinze ans j'ai déjà du mal à m'y faire à l'idée. De même, et comme on s'en doute dès la présentation des personnages, le rapprochement et la rencontre entre June et Day est exprimée beauuuucoup trop rapidement. C'est d'ailleurs un des points qui m'a le plus gênée. June est parfaitement belle, douée, intelligente avec un corps de rêve.. et selon June, Day est le mec le plus beau de je ne sais où. J'ai trouvé ça facile et sans crédibilité. Voilà, coup de gueule passé.
Passons à ce qui m'a plu. Comme je le soulignais plus haut, j'ai adoré le contexte militaire. Ca change des autres dystopies et ça fait du bien, un peu d'originalité s'il vous plaît. Le chapitre et le roman sont plutôt courts, ce qui permet une action rapide, correctement rythmée et par conséquent hyper prenant. L'écriture de l'auteure nous plonge vraiment dans son récit, sans nous y faire décrocher.
Les rebondissement de fin sont eux aussi très bien menés. Je ne m'y attendais pas, et j'ai été vraiment surprise parce qu'il s'est passé.
J'ai trouvé ce roman sincèrement palpitant. J'ai adoré June et Day (séparément) car une fois ensemble il me fut insupportable (et en même temps assez accommodable) de les voir s'admirer l'un l'autre sans cesse. J'ai trouvé ça plus rapide qu'il aurait fallu, et plus de longueur de m'aurait pas déplu. En revanche, les personnages en eux-mêmes sont à tomber par terre. Chacun a son charme qui a su me toucher. Le contexte politique est vraiment bien mené et travaillé. Bien évidemment, on en veut toujours plus. On espère avoir les réponses dans les prochains tomes.. Et bientôt, c'est moi que vous trouverez à l'intérieur, plongée dans leur lecture ! 

____________________
Legend, T1 de Marie Lu
Castelmore - 285 pages
Environ 15 € 
Sortie française : 2012 

vendredi 31 octobre 2014

Favoris du mois : OCTOBRE. Un mois difficile au démarrage, mais des envies pleins la tête

Aujourd'hui, 31 octobre, je reviens vous parler de mes favoris du mois, l'un de mes rendez-vous préférés !
En quoi consiste-t-il ? Cela est très simple. Je dois vous présenter en plusieurs catégories : mon livre préféré du mois, ma couverture préférée, mon édition favorite, l'accessoire qui m'a le plus plu, les marques pages que j'ai préféré utiliser, la nourriture qui a accompagné le tout.
Je vous réserve bien évidemment le livre pour la fin !
Je ne reprendrais pas tout de suite les catégories que j'avais rajouté dans mes vidéos, mais ne vous inquiétez pas, je reprends tout ça très vite aussi !
On passe à la première catégorie : ma couverture préférée
Si j'ai été marqué par un livre récemment, c'est sans aucun doute celui de La voleuse de livre. Ce livre est une merveille à l'état pur. Je ne sais pas comment j'ai pu passer à côté si longtemps.. (Une chronique arrivera, soyez-en certains !;-))



C'est donc ce livre que j'ai choisi pour vous représenter ma couverture préférée du mois. Je trouve qu'elle représente vraiment bien le livre. Le choix des couleurs est excellent, et je suis ravie que les éditions aient opté pour cette version plus moderne.
Seconde catégorie : mon édition préférée
Si je ne devais en choisir qu'une, ce serait Gallimard. J'ai pu lire plusieurs livres de leurs maisons ces derniers temps, et la plupart m'ont conquise. Après mon déménagement, je n'eus pas le moral pendant quelques temps. J'étais toute seule (avec un chat ♥), je n'avais pas encore commencé les cours, je n'avais ni télé, ni Internet, (je n'ai d'ailleurs toujours pas ces deux derniers) ni titre de transport en commun pour bouger un peu. Et pour couronner le tout.. j'étais en panne de lecture.
Et là mon copain m'a dit la phrase magique. La phrase que chaque lecteur a besoin d'entendre parfois pour savoir pourquoi il aime lire. Et le sauver de cette phase de creux. Il m'a tout simplement dit : « Abandonne ce que tu es en train de lire, et prends un livre. Un livre que tu es sûre d'aimer, et fais toi plaisir. Ne cherche pas à devoir lire. » Oui, bon, c'était pas dit exactement comme ça. Mais l'idée était là : Lis ce qu'il te plaît de lire.
Le soir même, je commençais le troisième tome d'Harry Potter, et le quatrième quelques jours plus tard..
J'ai également pu lire Tant que nous sommes vivants, et mon impression quant à ce roman confirme mon choix pour cette catégorie.
Catégorie suivante : l'accessoire qui m'a le plus plu

Sans aucun doute, mes nouvelles bibliothèque. Je n'ai pas pu amener tous mes livres bien sûr, mais j'ai beauuucoup plus de place ici que dans mon ancienne chambre. Et comme je dois y rester au moins trois ans, je m'y fais plaisir. Pour le plaisir de mes yeux, et bientôt celui de ma caméra..♥
Donc les voici. J'en suis très contente, et je pourrais rester loooongtemps devant s'il le fallait. J'ai envie de la remplir de pleins pleins de livres. Dommage que je n'ai pas accès à la blogo pour me tenter.. Qui sait, bientôt ?
On passe à la catégorie marque-page.
C'est d'ailleurs celui que je suis en train d'utiliser pour ma lecture en cours. Je l'aime beaucoup, de part pour l'image en elle-même, mais de plus car c'est une surprise de mon papa lors d'un week-end à Paris (chose à laquelle je ne m'attendais pas. Un peu le but d'une surprise me direz vous).

Comme d'habitude, la catégorie nourriture est un peu celle qui me fait défaut
D'abord car je mange/bois rarement en lisant, et que je ne fais pas partie de ceux qui sont grandes consommateurs-trices de thé.
En revanche, on m'a ramené une bouteille d'Arizona pour que je puisse goûter. Je dois avouer que je ne suis pas fan du goût. Un thé froid pétillant (j'aurai juré qu'il était pétillant mais personne ne me croit), ça ne m'a pas convaincu.
En revanche, la bouteille m'a totalement conquise. Bien que son bouchon a l'air complètement industriel (à mon plus grand regret), le design et les couleurs sont tout simplement au top !


Avant de vous dire au final quel a été mon livre préféré, j'ai bien envie d'insérer une catégorie Univers.
Un univers me plaît bien en ce moment. Il s'agit de ma lecture actuelle. De la dystopie bien gouvernementale et politique qui me conquit plutôt bien.
Il va vite me falloir la suite !
Il s'agit de l'univers de Legend qui sans surprise, me plaît.
J'adoooore ce climat entre le gouvernement dans lequel June est et celui de Day.
Le mélange est explosif, et ça fonctionne.
Malgré quelques petits défauts, et une centaine de pages restantes, j'adore ce roman, et je viens vous en reparler au plus vite.

Pour finir, mon livre préféré de ces derniers temps a été..
La voleuse de livres.
Ce livre m'a chamboulé. M'a fait rire. M'a fait pleurer. M'a travaillé. Et m'a suivi pendant de nombreux jours.
D'abord sur mon téléphone, en lisant dans le métro (si si, je m'adapte à la vie des grandes villes), il m'a fallu peu de temps pour aller en librairie me l'offrir. Pour sa couverture, pour son histoire, pour sa narratrice à couper le souffle. Pour sa morale. Pour sa fin. Pour son début. Et pour toutes les pages qu'il y a entre les deux.

jeudi 30 octobre 2014

LA VOLEUSE DE LIVRES : Un livre passionnant, dépaysant, à ne pas manquer !

Couverture La Voleuse de livres      La voleuse de livres est un livre, qui, a priori, ne me tentait pas plus que ça. Je dois avouer que la première couverture ne m'emballait pas plus que ça.. (Ooouuh, la fille superficielle). Mais en vérité cette idée n'est pas vraiment valable. La première fois que j'ai franchi le pas pour lire ce roman, c'était sur mon téléphone. J'étais dans le métro (donc pas de réseau), et j'avais très envie de découvrir ce livre si.. mystérieux. Quelques jours plus tard, je suis allée à Gibert Joseph me le prendre en version joli papier. Et là.. tout commença.
Si je devais vous conseiller ce roman pour un seul point, sans hésiter, je dirais la narratrice. Je ne sais pas vous, mais je trouve que les narrateurs ont l'une des places les plus importantes dans un roman. Si une saga m'a bien marqué pour son narrateur, c'est sans conteste celle des Désastreuses aventures des orphelins Baudelaire (Si vous ne l'avez toujours pas lue, vous savez désormais quoi faire). Les narrateurs, c'est parfois un personnage à part entière. Et je pense que sans cette narratrice, je n'aurai pas apprécié autant le livre que ce fut le cas. Elle a ce.. je ne sais quoi de particulier. Peut-être parce que la narratrice.. c'est la Mort. Alors là oui, tout de suite, ça change tout. Certains trouveront ça amusant, ou glauque. J'ai pour ma part trouvé ça merveilleux, génial. Je n'avais jamais eu la possibilité de découvrir un tel personnage. Puis.. comme pour le narrateur des orphelins Baudelaire, c'est le genre de personnage qui va interagir avec vous. Il vous explique des choses, vous spoil sans la moindre gêne.. Mais comme c'est l'auteur à la base de tout ça, il est excusable.
Bien évidemment, la Mort n'est pas le seul personnage. Celle que nous suivons réellement est Liesel Meminger. Tout commence une période d'hiver froid, avec son adoption dans une famille allemande. Nous sommes en 1939, veille de la guerre, côté Allemagne. Quoi de mieux pour y assister ? Je suis également obligée de dire que cette Liesel est.. adorablement attachante. Elle est forte, motivée, fidèle à elle-même. En réalité, tous les personnages de ce roman sont attachants (quasiment tous si on repense au contexte.. et au gouvernement d'Hitler. Attachants, mais pas tous). Cependant, toutes les personnes que rencontre Liesel ont ce petit quelque chose que l'on attend chez un personnage.. j'oserai dire.. une histoire. Le monde continue à tourner autour d'eux, mais aussi partout. Le monde autour de Liesel n'existe pas qu'autour d'elle (comme on peut avoir la sensation dans certains livres) ici, tout le monde est vivant. Je ne voudrais pas enfoncer le couteau mais je pense que cela est de nouveau grâce à la narratrice. Et ouiii.. Je vous intrigue ? Je l'espère bien.
Je m'apprêtais à approfondir mes sentiments envers certains personnages.. mais cela risquerait de vous spoiler, car mes émotions envers eux ont changé tout au long du roman, alors qu'ils étaient très stéréotypés (les regards que je portais sur eux), et je m'en suis rendue compte plus tard.
Un autre point vraiment bon de ce roman est le contexte. L'Allemagne est nazie est un cadre vu et revu, rerevu et appris par cœur à l'école.. mais d'un point de vue français. Ici, nous sommes lecteurs d'un auteur australien qui parle d'une famille allemande. Je m'attendais aux habituels allemands nazis stéréotypés mais en réalité il n'y eut rien de tout ça. Et j'ai pu assister à quoi ? A des allemands qui se sentaient impuissant face à cette situation incontrôlable. J'ai pu vivre en compagnie d'une famille qui était complètement différente de ce que l'on pourrait imaginer à la base. C'était impressionnant et magistralement orchestré.
Et puis, ce roman m'a aussi donné une impression de longueur (positive, très positive). Alors certes, il fait 635 pages, ça joue sur la longueur bien évidemment.. mais je me suis aussi sentie face à une réelle histoire. Une histoire qui a mis du temps à se construire, et que l'auteur nous laissera pas quitter aussi facilement. Les chapitres sont plus ou moins courts, mais l'histoire qu'ils projettent a une réelle densité, épaisseur. C'est aussi le cas des personnages, qui ont cette dimension psychologique intense.
Que d'éloges..
Je vous ai convaincu ? Pas encore ? Alors très bien. J'espère que ceci suffira :


"MORT ET CHOCOLAT
D'abord les couleurs.
Ensuite les humains.
C'est comme ça que je vois les choses, d'habitude.
Ou que j'essaie, du moins.
- UN DÉTAIL -
Vous allez mourir."

_____________________________
La voleuse de livres, Markus Zusak
Publié chez Pocket - Prix poche
Drame Historique
635 pages
   

mardi 28 octobre 2014

In the after : Un peu, beaucoup.. à la folie.

In the after qu'est-ce que c'est ? Quel est ce nouveau livre qui arrive et apparaît alors sur plusieurs étals de librairies, et qui par sa couverture bétonneuse nous appelle à l'ouvrir ?
In the after c'est un des derniers romans publiés chez Lumen. Après King's Game, puis Widdershins, c'est avec plaisir que je me lance sur le roman de Demitria Lunetta : In the after.
Qu'est-ce que c'est ? Un roman post-apocalyptique qui nous projette dans un monde tout à fait comme le notre, où l'on suit Amy. Amy est une jeune fille (femme?) qui se retrouve chez elle lorsque que tout arrive. Ses parents ne sont pas chez elle lorsque la fin du monde approche. C'est elle que l'on va donc suivre.
Seule ?
Pas vraiment.
C'est aussi avec l'adooorable Baby que nous allons voir évoluer l'histoire. Adorable. A elles deux elles vont vivre dans la peur, l'angoisse (il faut quand même), et le Silence. Alors vous allez me dire, qu'est-ce qui a poussé le tout à la fin du monde ? En vérité, c'est assez difficile à décrire (sans vous spoiler ♥). C'est immédiatement décrit comme des aliens, au physique assez complexe.
Et en vérité.. avec du recul (et la fin du livre), ce flou autour de ces personnages est assez compréhensible. Car sinon ça casserait tout le charme, bah oui.
Cependant, l'auteure ne nous laisse pas sans indice. Ce n'est que vers la moitié du roman qu'on commence à se poser des questions. Tout n'est pas si simple. Bon, en vérité, à la moitié du roman il se passe pleins pleins de choses assez folles. Vraiment. Ce roman m'a surprise, agréablement surprise par tous ces rebondissements.
Qu'est-ce que j'ai aimé d'autre ? J'ai adoré Amy. Cette fille est vraiment naturelle pour une héroïne. Elle est exactement comme toutes les filles de son âge, avec les mêmes pensées, et ne se prend pas pour une héroïne badass (ultra puissante et qui défonce tout) dès le début. Elle est très intelligente, aime ce qu'elle fait et reste vraiment forte devant la situation bien que celle-ci lui échappe. Je l'ai trouvé très attachante.
C'est également le cas de Baby qui est peut-être encore plus humaine malgré son Silence (ayant tout de suite compris comment réagir face à la situation). Ses réactions sont tellement crédibles et m'a émerveillée à chaque fois.
Il est difficile de vous parler de tous les personnages. La plupart n'arrive qu'à la moitié, je ne peux vous expliquer ni pourquoi ni comment.
Tout ce que je peux vous dire, c'est que l'auteur manie ses personnages et son histoire avec une impressionnante précision, avec une époustouflante humanité et un caractère post-apocalyptique à couper le souffle.. et la voix.

lundi 27 octobre 2014

Article de (tentative) de retour !

Je déteste les opérateurs Internet. Mais... me voilà !

      Alors j'imagine que vous devez vous dire : « Oh ! Enfin ! Elle a réussi à avoir une connexion Internet après une si longue attente ! »
J'aimerais.
Si seulement vous saviez comme j'aimerais...
Alors non, personne n'a l'air visiblement résolu à me filer une connexion Internet. Mes voisins ont l'air d'être dans la même galère que moi, et personne ne sait comment faire. Et vous savez quoi ? Et bien j'en ai tout simplement assez. Je ne vois pas pourquoi ne pas avoir Internet m'empêcherait de faire vivre ma passion.
Oui, je lis toujours, non je n'ai rien abandonné.
Je me suis rendue compte vendredi après-midi (en pleins cours de littérature mondiale ♥) à quel point vous parler me manquait. Faire des vidéos me manque plus que jamais. J'ai l'impression d'être devenue.. sans voix. Comme si je ne pouvais plus parler. Je ne sais même pas comment j'ai fait pour tenir jusque là. Alors ne vous inquiétez pas, je vais revenir. Si si.
J'ai mon voisin du troisième qui a une box en étant de marche (vilain chanceux), j'ai un McDo à côté.. qui donne de la wifi et j'ai la fac. DONC.
Voici ce que je vais faire.
Premièrement, je vais reprendre tous les articles de mon blog (In my mailbox, Update Lecture aussi en article tous les lundis ! Chronique, Favoris du mois... etc) J'en ai assez de cette dictature du réseau. Je ne capte aucun wi-fi de chez moi, et je commence à me sentir vraiment mal sans mon blog..
Je serai aussi présente que possible sur Facebook via mon téléphone..
Concernant YouTube.. (je pleure intérieurement depuis deux mois là).. Et bien, ça va être l'option la plus délicate. Mettre des vidéos en ligne, c'est long. Alors pour régler le soucis, je vais essayer de m'arranger avec mon voisinage pour leur emprunter/payer un bout de leur wi-fi. J'ai une amie booktubeuse sur Lyon (que je vous présente très vite ♥) qui m'a aussi proposé un peu de connexion..:)
Tout n'est pas perdu !
L'apparence du blog va aussi prendre quelques nouvelles touches graphiques ! Un peu plus net, clair et sympathique. J'aimerais aussi beaucoup passer d'un blog à un website, mais ça, ça grandit dans ma petite tête. Disons que j'ai quelques difficultés avec blogspot qui m’énervent le plus simplement du monde !
Quels articles vous retrouverez bientôt ?
En premier, et avec toutes les excuses du monde, les chroniques que j'ai en retard et que je n'ai pas eu le temps de poster : une concernant l'extra' chouette In the After, une autre concernant End Game, et ainsi de suite.
Ensuite, un bref récap' lecture de ces deux derniers mois. Bref, car si je devais ne pas l'être, l'article devrait durer dix pages, et la vidéo une heure trente. Il était vrai que j'ai eu une panne de lecture au mois d'août (que je regrette aujourd'hui) mais je suis moi-même étonnée d'avoir repris si facilement. J'avoue avoir un peu plus de mal aujourd'hui pour certaines lectures, mais ça, je vous en parle dans l'article !
Il faut aussi à tout prix que je vous montre trois de mes nouveaux marque-page d'une artiste qui fait des choses ma-gni-fiques !
France Telecom et SFR me promettent une ligne avant le 31 octobre. Je crois les doigts mais.. enfin.. Ce ne sont que des paroles. Paroles, paroles. Vous voyez ? Enfin bon. Si c'est le cas, je tourne une vidéo dès le premier jour ♥


Sur ce, je vous dis : A demain pour la première chronique. A dans la semaine pour mes.. Favoris du mois !

mardi 16 septembre 2014

ABSENCE : Expliquations :-)

Je pensais l'avoir fait ici, mais non. Alors je vais le faire.
Pourquoi je ne suis plus là ? Tout simplement car je n'ai plus Internet depuis trois semaines...
Je suis désormais étudiante à Lyon, dans un appartement où je n'ai pas encore Internet (Merci SFR...)
Alors c'est pourquoi j'utilise un bref moment de libre à l'université pour vous écrire ce rapide mot !
La blogo' me manque beaucoup, le blog encore plus, et j'attends avec grande impatience de reprendre ma chaîne YouTube.
Malheureusement j'ai quelques soucis désagréables avec mon opérateur mais je vais essayer de régler ça au plus vite ♥

En attendant je voulais juste vous prévenir que je ne vous oublie pas, et j'espère à très vite !!

Tant que nous sommes vivants, d'Anne-Laure Bondoux

Couverture Tant que nous sommes vivantsÉditions : Gallimard Jeunesse
Catégorie : Roman Jeunesse Fantastique
Nombre de pages : 298
Résumé : "Nous avions connu des siècles de grandeur, de fortune et de pouvoir. Des temps héroïques où nos usines produisaient à plein régime, et où nos richesses débordaient de nos maisons.
Mais un jour, les vents tournèrent, emportant avec eux nos anciennes gloires. Une époque nouvelle commença. Sans rêve, sans désir.
Nous ne vivions plus qu'à moitié, lorsque Bo entra, un matin d'hiver, dans la salle des machines."

Folle amoureuse de Bo, l'étranger, Hama est contrainte de fuir avec lui. Commence alors pour eux un fabuleux périple à travers des territoires inconnus. Leur amour survivra-t-il à cette épreuve ? Parviendront-ils un jour à trouver leur place dans ce monde ?


      A l'ouverture du paquet, j'ai tout de suite su que ce roman allait me plaire.
Pour quelle raison ?
Anne-Laure Bondoux est une auteure que j'ai rencontré grâce à son livre Le temps des miracles, que j'ai pu découvrir au collège. Une histoire touchante, dont je me souviens peu, mais en bien.
Si à première vue, beaucoup ont pensé que ça ne leur plairaient pas, j'étais enchantée de pouvoir quant à moi le découvrir. Chose que j'ai faite bien trop tard.
Ayant quelques heures à tuer, je me suis lancée. Et je l'ai lu d'une traite. Et je vais commencer directement par la fin.
J'en suis ressortie chamboulée, émue et touchée. Au plus profond de moi. J'avais l'impression de m'être assoupie, et avoir rêvé. Avoir parcouru un compte, un univers que je ne connaîtrais peut-être plus jamais.
Pire encore, lorsque j'ai terminé le roman, je me suis levée. Je suis allée devant ma fenêtre, et là, je me suis dit : « Tous ces gens qui passent ne connaîtront peut-être jamais cette histoire. » Et alors là, je me suis sentie encore plus peinée.
Alors qu'est-ce que possède ce roman de si particulier ?
Pour moi, c'est l'histoire d'une vie. Enfin, en vérité, de plusieurs. De plusieurs vies qui s'entremêlent, se démêlent, grandissent et mûrissent comme le cours bénin d'une vie. Les personnages évoluent, se perdent et se retrouvent. Et nous, lecteurs, sommes spectateurs de ce spectacle, de ce cheminement. C'était merveilleux. J'avais l'impression de me retrouver devant l'un des théâtres d'ombre de Bo, un peu comme m'y fait penser la couverture (que j'avais alors reçu sans couleur).
J'imagine que lorsque vous avez du voir passer cette couverture, ce titre ou ce roman, certains ont du tout simplement continuer leur route. Disons que ce roman est particulier, et a sa propre magie, sa propre.. enveloppe.
Je ne regrette en rien de l'avoir lu si vite. Je pense que je n'aurai pas ressenti tout cet émerveillement si j'avais du couper de nombreuses fois ma lecture.
Mais je me suis sentie si proche alors des personnages, tous très atypiques et vraiment uniques.
Alors je vais vous dire. Même si cette lecture ne restera pas omniprésente dans mon quotidien ou dans mes coups de cœur, c'est tout à fait le genre de roman qui me marque d'une manière beaucoup plus lointaine et profonde. Le genre de roman qui inscrit quelque chose sur mon profil de lectrice, quelque chose que je ne saurais décrire, mais qui reste cependant bien présent. C'est drôle. C'est éphémère et rapide. Mais c'était.
Et.. si je devais garder un souvenir de cette lecture, ce serait toute cette dimension presque onirique que j'ai ressenti, comme si je lisais un conte, ou un spectacle.

Terre Dragon, T1 : Le souffle des pierres

Couverture Terre-Dragon, tome 1 : Le souffle des pierresÉditions : Gallimard Jeunesse
Sorti en 2014
Catégorie : Roman jeunesse fantastique
Nombre de pages : 245

Quatrième de couverture :

Sur un territoire déchiré par les vents vivent d’étranges tribus soumises au règne d'un invisible roi-dragon. Le jour ou Aegir, l'enfant à la peau d'ours, échappe aux guerriers qui le gardent en cage, le destin du royaume bascule. Traqué sans relâche, Aegir croise la route de Sheylis, une apprentie sorcière chassé de son village. Un sortilège puissant va bientôt unir les deux adolescents contre leur volonté.




A première vue, ce roman me tentait beaucoup. J'avais déjà lu le premier tome d'A comme association, que j'avais plutôt bien apprécié. Je pensais alors que retrouver l'écriture d'Erik L'Homme allait me plaire et me faire aimer ce livre.
Malheureusement, même si l'auteur ne m'était pas inconnu, je dois dire que l'histoire en elle-même m'enchantait un peu moi. Et c'est ce qui a légèrement brisé ma lecture.
J'ai lu une première partie d'une traite, et même si je n'étais pas plus plongée dans le scénario que cela, j'étais tout de même très curieuse. Cependant, je me suis vite retrouvée perdue avec le nombre d'informations qu'il m'est tombé dessus.
Et pour ceux qui me connaissent, je me perds facilement. Il est d'ailleurs rare que je retrouve mon chemin après l'avoir égaré. Et cette fois-ci n'a pas dérogé à la règle. Il m'a été impossible de me rappeler quoi que ce soit aux événements, qui eux, ne me touchaient pas plus que cela. Je pense que j'y suis fautive aussi. Doit-on faire un effort pour rentrer dans un roman ? J'imagine que oui. Mais seulement si cet effort est volontaire et agréable. Sauf que là, je n'en avais pas du tout envie, et je dois dire que cela n'a pas aidé à mon appréciation de la lecture. Ce qui est fort dommage selon moi.
Car sincèrement, j'aurai aimé l'apprécier plus que ça.
Je pense que je n'ai pas accroché aux personnages. L'intrigue en soi était plutôt sympathique et prenante. Mais voilà. Après avoir lu une bonne centaine de pages je me suis retrouvée larguée avec comme seule pensée le fait que je ne me sentais pas dans un univers qui me convenait, comme si je n'étais pas du tout la bienvenue, et qu'en tout cas, si je l'étais, je ne parvenais pas à franchir le pas de la porte.
C'est difficile à expliquer, mais disons que l'alchimie n'a tout simplement pas été présente entre ce roman est moi.
Je ne saurai vous le conseiller. J'imagine qu'aux admirateurs d'Erik L'Homme il plaira. Et qu'aux adorateurs d'univers un pu fantasy également.

vendredi 22 août 2014

[CHRONIQUE SANS SPOIL] L'épreuve, T3 : LE REMEDE MORTEL

Le remède mortel

Editions : PKJ
Genre : Science-Fiction Jeunesse
Prix : 18 €
Nombre de pages :

Quatrième de couverture :
      ATTENTION - SPOILERS

Thomas sait désormais qu'il ne peut pas faire confiance à Wicked. Il s'appuie sur les Blocards, de nouveau en possession de tous leurs souvenirs, pour achever le projet de Cure.


Mon avis :

 Je dois signaler ici que, non, je ne parlerais pas que de ce tome-ci, mais de cette saga en général. Pourquoi ? 
Pour une bonne et simple raison que vous découvrirez plus bas.
Ce qui m'a surtout fait très peur, c'est de voir tous les avis négatifs et déçus que j'ai pu voir sur ce dernier tome. Et je vous jure que j'ai eu très peur. Alors je me suis lancée, en me disant.. et pourquoi pas. D'ailleurs, je dois dire que ma pause avec la blogo fut finalement assez bénéfique puisque je n'ai été influencée en rien. 
Alors ai-je été déçue ? Je suis sûre que c'est LA question qui vous a amené ici.
Et ma réponse est NON. 
Certes, la fin peut décevoir.. Mais.. Prenons tout ça de manière général. 
Qui n'a pas été déçu par la fin d'Harry Potter, avec cet épilogue qui semblait de trop ? Ou la fin de Twilight, que je n'ai pas aimé. Ou encore la fin de Rebelles qui m'a déçue pour ne pas m'avoir vendu du rêve. Ou même celle des Désastreuses Aventures des Orphelins Baudelaire.. Oui, parmi tous les noms que je viens de vous citer, trois de ces sagas sont mes préférées.
Vous voyez ? 
Que représente la fin sur une saga. Cinquante pages sur quasi deux milles, si ce n'est pas plus pour les plus grosses.
Alors vous savez, même si j'ai trouvé la fin de L'Epreuve un peu simple, rapide ou étriquée, je n'en ai pas moins adoré cette saga, et même ce tome que j'ai savouré. 
On y retrouve tout. L'écriture de l'auteur, qui s'améliore dans le genre de pageturner, l'univers qui s'ouvre à nous, l'angoisse qui monte, des personnages qui nous touchent.
Tout ça. On le retrouve, pour mon plus grand bonheur ! 
Et ce qui me gêne le plus en fait.. c'est le nombre de commentaires qui me disent 'Je n'ose pas me lancer'. Mais il faut mes chatons. 
Cette saga est le genre de romans qui vous fera frissonner, ou avoir peur. Ou être dégoûté. Une saga qui vous fait réagir. Qui vous pousse à tourner les pages grâce à ses chapitres courts et dynamiques. Vous voyez ? C'est tous ces éléments qui s’imbriquent pour former quelque chose de formidable.
Vous hésitez. Pourquoi ? 
Certains ont évoqué le peur d'une ressemblance avec d'autres sagas. Pour ma part je l'ai trouvé unique, et absolument géniale. 
J'avais l'impression de me retrouver devant une série, un film. Avec toujours des événements à vous prendre haleine. 
Donc je vous le dis. Ce tome ne m'a pas déçu. J'ai retrouvé tous les éléments qui m'ont plu. Auxquels je m'attendais. J'ai vu les choses que j'espérais voir. 
Je suis ici pour vous convaincre. Cette saga restera l'une de mes préférées même si la qualité n'est peut-être pas aussi folle que l'on pourrait imaginer. On sent le travail de l'auteur au fil des pages. C'est impressionnant et à la fois absolument génial. 
A travers chaque tome l'auteur parvient à nous transmettre une émotion complètement nouvelle.
Le premier était l'angoisse, l'anxiété, et la fascination. 
Le second a été le dégoût, voire la peur. 
Dans ce troisième tome j'ai éprouvé.. de l'humanité. Voilà. J'ai ressentis la peur, la peine.

mardi 5 août 2014

[NOUVEAU RENDEZ-VOUS] Entre deux pages.

Aujourd'hui je viens vous présenter un nouveau rendez-vous que m'a inspiré une abonnée de ma chaîne YouTube. Vous savez mon amour pour les belles couvertures. Et les beaux marque-pages, et mon amour encore plus incondtionnel pour les marque page assortis à ma couverture. 
Vous avez compris ? 
Je viendrais ici vous présenter mes lecture en cours lorsque le marque page est assorti. C'est pas très clair mais vous allez vite comprendre ♥

On commence ce mois-ci avec ma lecture en cours : L'Epreuve, T3 : Le remède mortel de James Dashner
Non seulement mon marque-page convient parfaitement aux couleurs de ma couverture.. mais pas qu'au couleur. Il semblerait que le titre aussi ♥


"Lire est le seul moyen de vivre plusieurs fois."